La ‘Planète d’appel’ en Astrologie conditionaliste

L’astrologie est un superbe outil d’analyse de la personnalité dans ses modes d’expression comme dans ses déterminations profondes qui la pousse à penser, aimer, agir. A ce titre l’Astrologie conditionaliste n’est pas démunie tant ses outils sont nombreux (modèle R.E.T.®, le logoscope, le S.O.R.I, le zodiaque réflexologique, le modèle d’interprétation du Héros et son Ombre) et bien affutés pour se prêter à des analyses précises, pertinentes et articulées.

Mais l’interprétation d’un thème de naissance ne saurait se contenter d’une analyse aussi fine soit-elle, si celle-ci n’est pas adossée à une perspective d’ensemble, à une tendance foncière orientant l’ensemble des potentialités, aptitudes, qualités mais aussi limites, difficultés et manques de la personne. D’autre part la personnalité n’étant pas un îlot isolé et coupé de son environnement naturel et humain, l’interprétation d’un thème doit aussi prendre en compte le terreau (que nous appelons en Astrologie conditionaliste le ’bagage terrestre’ ) au sein duquel la personnalité s’est construite, s’est développée et qui a créé les conditions favorables ou entravées d’un épanouissement riche et créatif.

La recherche avec le consultant du ’sens’ de sa dynamique de développement personnel au sein de la société peut être un moment crucial et éminemment constructif et parfois libérateur quand la personne se réconcilie avec son destin. Destin compris comme l’ensemble des forces et liens extra-personnels qui, lorsqu’ils sont assumés et intégrés, donneront du poids à son existence, une densité à son histoire. Et si les liens sociaux sont importants dans la mesure où nous nous réalisons avec, pour et par les autres, sans une fidélité à notre tendance d’être (le fameux conatus de Spinoza), en somme notre singularité existentielle, le risque est grand de passer à côté de ’sa’ vie. Cette vie qui, loin d’être personnelle dans son essence (elle ne nous appartient pas), n’a de consistance réelle que lorsqu’elle est pleinement vécue et assumée dans la variété de nos aptitudes et de nos fragilités.

La planète d’appel ou planète « ressource »

La vie est asymétrique, elle n’est pas statique, je veux dire par là qu’elle ne peut se développer dans le maitien du statu quo d’un équilibre acquis. Dans chaque situation à vivre, chaque contexte particulier, il existe des asymétries qui nous poussent à agir dans un sens plutôt qu’un autre. Si la recherche d’un équilibre de vie est essentielle, il n’en reste pas moins vrai que le changement (l’impermanence ou anicca chère aux bouddhistes) est au cœur de tout processus vivant. Nous touchons là, me semble-t-il un des grands paradoxes des processus vitaux. Le déséquilibre (les ruptures d’équilibre) permettent aux processus organiques et vitaux de se développer, de s’assembler ou se combattre tout en cherchant à maintenir des conditions d’existence favorables à leurs expressions. Equilibre et déséquilibre forment par conséquent un couple de forces ou de tendances nécessaires au développement de la vie.

La vie est asymétrique, elle n’est pas statique, je veux dire par là qu’elle ne peut se développer dans le maintien du statu quo d’un équilibre acquis.

Les astrologues et astrophiles conditionalistes reconnaîtront probablement ici l’importance de la dynamique duelle de la fonction marsienne, centre du R.E.T., qui appelle sa fonction symétrique complémentaire et équilibrante : la fonction lunaire, fonction d’homogénéité et de globalité. Ce couple Mars-Lune est le prototype et est à l’image de tous les autres couples de fonctions planétaires symétriques (de centre Mars) que fait apparaître le modèle R.E.T. (illustration 1 ci-après) : couples Soleil-Pluton, Vénus-Neptune, Jupiter-Saturne, Mercure-Uranus.

Gardons à l’esprit ce schéma vital ’équilibre-déséquilibre’ au cœur de tout déploiement des processus vitaux, il nous permettra d’aborder l’intérêt que revêt la fonction d’appel dans un thème natal. Si chaque fonction planétaite appelle en quelque sorte sa fonction inverse et complémentaire – ce qui permettra, soit-dit en passant, d’apporter des nuances dans l’analyse et l’interprétation des aspects entre couples planétaires de fonctions inverses – il est alors tout à fait pertinent de se poser la question suivante : l’ensemble des dominantes planétaires d’un thème peut-il appeler une fonction planétaire équilibrante dans le cas où cet ensemble formerait une structure en déséquilibre ?

On voit tout l’intérêt à rechercher la ’fonction planétaire’ induite par l’ensemble du thème, par sa structure planétaire particulière. Cette fonction induite est nommée planète d’appel. Elle est en somme ’enfantée’ par la globalité que reflète la structure planétaire propre à chaque thème et pourrait nous mettre sur la voie d’une tendance foncière de la personnalité orientant l’ensemble des potentialités et aptitudes sous-jacentes aux dominantes planétaires.

La planète d’appel pourra donc nous renseigner sur :

  • les forces inemployées du thème à mobiliser dans un sens favorable à l’équilibre psychique ou à l’évolution personnelle vers un plus d’être…
  • nos potentialités, ressources internes et aptitudes créatrices propres à exprimer, déployer notre puissance d’agir pour surmonter les obstacles, les impasses auxquels la vie nous expose inévitablement,
  • vers quoi, qui (ressource externes : profession, partenaire…) nous sommes appelés, déterminés à nous allier pour exprimer, réaliser notre nature quand l’appel à nos propres ressources internes est empêché en raison des particularités de notre thème de naissance (planète d’appel très dissone par exemple).

Techniquement parlant, une planète d’appel pourra également :

  • venir au renfort des dominantes planétaires lorsque celles-ci sont dissonantes,
  • avoir un rôle équilibrant en cas de crise,
  • ou apporter des solutions, un sursaut libérateur, lors d’un transit planétaire par exemple. 

La planète d’appel sera en quelque sorte une planète « ressource » si l’appel est possible (si son ’état céleste’ est favorable à son expression).

Comment déterminer la fonction d’appel dans un thème natal ?

JPEG - 16.1 ko

Illustration N° 1
Le modèle ou médaillon RET organise les fonctions planétaires selon l’ordonnancement du système solaire tel qu’il s’incarne en l’Homme.

La planète d’appel se déduit à partir des 4 ou 5 premières dominantes planétaires distribuées dans le médaillon R.E.T. Pour faite simple, le modèle R.E.T. organise les fonctions planétaires sur la base d’une codification rationnelle reflétant les 3 niveaux d’organisation des orbites planétaires (champ solaire fort, moyen, faible). Le niveau R (ou Représentation) est en relation avec le champ fort du système solaire (planètes Soleil, Mercure, Vénus), le niveau E (Existence) en relation avec le champ moyen (Mars, Jupiter, Saturne), le niveau T (Transcendance) avec le champ faible (Uranus, Neptune, Pluton).

Ce modèle exprime les rapports astrométriques entre planètes (notamment les rapports gravités/demi-grands axes des planètes), le tout formant une organisation très structurée et homogène. Il reflète un ordre « cosmique » ou « universel » incarné en l’homme.

Pour déterminer la planète d’appel, il suffit de colorier les 4 ou 5 planètes faisant partie des dominantes. Puis de repérer la planète non-dominante qui équilibre géométriquement le modèle R.E.T. Cette planète sera considérée comme la planète d’appel. Elle est en quelque sorte ’appelée’ par la configuration formée par les dominantes dans le médaillon R.E.T.

Prenons un exemple : Examinons le thème astral de Pablo Picasso

Données de naissance : 25/20/1881 à 23h25 (Malaga, Espagne)JPEG - 33 ko

Carte du ciel obtenu avec le logiciel d’astrologie ‘Azimut35 Diamant

La hiérarchisation des puissances planétaires du thème de Picasso obtenue en suivant les critères de hiérarchisation de l’Astrologie conditionaliste est la suivante :

1. Saturne, 2. Neptune, 3. Jupiter, 4. Pluton, 5. Soleil, 6. Mars, 7. Mercure, 8. Lune, 9. Uranus, 10. Vénus

Les 5 premières dominantes sont indiquées sur le médaillon R.E.T. en blanc sur fond rouge. On voit que l’ensemble des cinq premières dominantes forment une figure asymétrique. D’où l’intérêt dans ce cas de figure de rechercher la planète d’appel.

JPEG - 19.6 ko

Vénus est appelée par les 5 premières dominantes
Vénus est appelée par les 5 premières dominantes car elle équilibre le médaillon RET

Quelle planète équilibre géométriquement la figure ? 

Si on trace un axe vertical passant par Lune, Soleil, Mars, Pluton (axe des pouvoirs), on voit que Vénus équilibre l’ensemble. Une symétrie de part et d’autre de l’axe vertical est formée grâce à Vénus.

Si on trace un axe horizontal passant par Uranus, Mars, Mercure, même constat : Vénus équilibre également le médaillon.

JPEG - 55.4 ko

Vénus est appelée par les cinq premières dominantes planétaires

Dans la pratique, il est souvent utile de commencer les appels à partir de la quatrième dominante car parfois aucune planète d’appel ne se dégage des cinq première dominante.

Pour Picasso, les 4 premières dominantes (Saturne, Neptune, Jupiter, Pluton) appellent Uranus selon l’axe Neptune-Mars-Vénus et à nouveau Vénus selon l’axe vertical Soleil-Mars-Pluton. On remarque qu’Uranus complète la familles « T ». Uranus pourrait donc être la clef au défi posé par l’ensemble des dominantes très dissonées que je pourrai formuler ainsi : « il y a sans doute pour l’homme Pablo Picasso un défi identitaire (mais aussi un défi artistique : comment saisir de manière unitive la complexité du réel) à relever pour ne pas se laisser engloutir par le multiple conflictuel (trio Saturne, Neptune, Pluton) qu’il porte en lui » 1

JPEG - 25.5 ko

Médaillon RET indiquant les 4 premières dominantes

RET Piacsso

Uranus et Vénus sont appelées par les 4 premières dominantes

Uranus équilibre le médaillon R.E.T. par symétrie selon l’axe passant par Neptune, Mars, Vénus, mais également Vénus par symétrie selon l’axe passant par Lune, Soleil, Mars, Pluton.

On peut donc considérer que Vénus et Uranus sont deux appels possibles

Reste à déterminer lequel des deux appels possibles aura le plus de chance d’être efficient.

Nota bene : lorsqu’il existe plusieurs Planète d’appel, on privilégiera celle qui complète un groupe planétaire (quarte du cercle du discours ou groupe non-E, quinte de la croix de l’existence ou groupe Hyper-E, groupe non-R, groupe non-T, groupe hyper-R, groupe hyper-T) ou une famille R.E.T (trio planétaire) si toutefois la planète appelée est favorable à l’adaptation du sujet (planète soutenue par des aspects harmoniques, par exemple).
Dans le cas de Picasso, Uranus complète la Famille « grand T ». Elle sera donc plus facilement mobilisable que Vénus, d’autant plus qu’elle lance deux aspects de trigone aux dominantes, ce qui n’est pas le cas de Vénus en aspect de carré avec Mars.

Vertu de la planète d’appel

Une planète d’appel va gagner en mobilité par rapport à une planète non-dominante non appelée. En effet, les planètes non-dominantes sont peu mobilisables, sauf à l’occasion d’un transit important où elles peuvent être ainsi ’réveillées’. C’est pourquoi on peut dire qu’une planète d’appel est une planète ressource, puisque mobilisable. On peut y faire appel lorsque la situation l’exige car elle est théoriquement promesse d’équilibre retrouvée après une période déstabilisatrive appelant à un sursaut ou ajustement créatif.

Parfois la planète d’appel sera difficilement mobilisable, quand elle est très dissonée par exemple et ’aveugle’ (planète en dernière position de la hiérarchie des puissances planétaires) de surcroît. Dans le thème de Picasso, Vénus est aveugle et dissonée par l’aspect de carré à Mars (orbe 8°) et demi-carré à Pluton (orbe 1°30’). Il n’est donc pas évident que cet appel soit ’entendu’ ou effectif. L’appel à Uranus semble plus fertile et mobilisable : Uranus lance 2 trigones à Jupiter et Neptune et est appelé par l’amas des 4 premières dominantes Saturne, Neptune, Jupiter, Pluton. On peut donc faire l’hypothèse que Picasso saura dans les moments de crise faire appelle à cette planète-ressource.

D’autre part, Uranus complète la famille « T » du R.E.T. Derrière le chercheur marginal, inquiet, tourmenté, il y a, « prêt à l’emploi », une volonté uranienne de synthèse, une capacité à cérébraliser, à mettre en ordre, à imposer une vision originale et hors-norme du monde, à simplifier le complexe (Uranus est ’représentation de la Transcendance,’ passage du ’Multiple au Un’ ).
On peut donc avancer que Picasso aura su utiliser ce ressort ‘uranien’ dans les moments de sa vie, de son œuvre qui réclamaient des solutions ou évolutions nouvelles.
Le début du cubisme est daté historiquement en 1907. ’Les Demoiselles d’Avignon’ (œuvre peinte en 1906 et exposée en 1907) est considérée comme la première peinture cubiste. On peut dire astrologiquement que le cubisme est né et s’est élaboré dans l’orbe de transit d’Uranus céleste au trigone d’Uranus natal et au trigone de l’amas Saturne-Neptune-Jupiter-Pluton natal entre 1906 et 1914. Il est par ailleurs intéressant de constater que son complice Georges Braque a, dans ses deux premières dominantes, Uranus au MC et Vénus au DS… qui sont également les deux dernières planètes et appels du classement planétaires de Picasso ! Il est en effet assez fréquent que la planète aveugle et/ou les planètes d’appel soient présentes dans les dominantes du thème d’un ou d’une partenaire (relation professionnelle, amicale, amoureuse).

Cet exemple montrera peut-être que l’Astrologie conditionaliste n’est pas uniquement une approche psychologique centrée sur le sujet, elle témoigne d’un plan de réalisation systémique ou global où sujet et environnement sont inséparables. Françoise Dolto, dont l’intelligence me surprend toujours davantage en la lisant, pensait au sujet de l’astrologie qu’il devait sans doute exister un code astrologique « supralinguistique ». Elle supposait très logiquement que derrière le système symbolique de l’astrologie devait exister un code de relation entre l’homme et le monde 2 En cela sa pensée me paraît assez proche de l’Astrologie conditionaliste pour qui existe derrière le langage symbolique un référentiel plus général, plus universel qui l’explique et lui donne sens. C’est ce référentiel qu’exprime le modèle R.E.T. fondé sur le réel astronomique mis en relation avec la physiologie humaine, qu’exprime également les zodiaques photopériodique (appelé aussi zodiaque-signal) et réflexologique (appelée également zodiaque-réponse) et les quatre référentiels du S.OR.I. (Sujet-Objet-Relation-Intégration).

Patrick Legwen-Phal, octobre 2020


Addendum : Pour celles et ceux qui souhaitent tester la pertinence de la planète d’appel, sachez que la nouvelle version 9.9 (20 octobre 2020) du logiciel d’Astrologie Azimut35 intègre à présent le calcul automatique de la planète d’appel.

Bibliographie

NICOLA (Jean-Pierre), Eléments de cosmogonie astrologique, 1992. Ed. COMAC.

NICOLA (Jean-Pierre), Le Ballet des coïncidences – Opéra Conditionaliste, 2014. Ed. COMAC.

NICOLA (Jean-Pierre), Représentation, Existence, Transcendance du Logoscope, Figures – Formes – Formules, 2009. Ed. COMAC.

NICOLA (Jean-Pierre), Du Logoscope au R.E.T. en questions – Portraits Signes-R.E.T., 1999. Ed. COMAC.

NICOLA (Jean-Pierre), Approche Jungienne de l’Astrologie, 2020. Ed. Cosmogone.


Notes :

  1. LEGWEN-PHAL(Patrick), Cours d’Astrologie conditionaliste, 2e cycle (2017)
  2. Entretien avec le Dr Françoise DOLTO in L’Astrologue n°22. 2e trimestre 1973. Editions Traditionnelles